NEWS

Le CD de Smoking paru chez le Label Klarthe (Harmonia Mundi Distribution)

En voici la présentation !

Le duo Smoking Mouse sera au "Biennale"

Centre des bords de Marne

 

Samedi 12 Mars

En duo avec William Rollin au Conservatoire de Nevers Samedi 30 Janvier à 20H

Les Musiques à Ouïr seront au centre Barbara à Paris du 19 au 21 Janvier !!

Smoking Mouse sera au festival "Musique au Chambertin"  vendredi 2 Octobre !!!

Plus d'infos sur :

http://www.ot-gevreychambertin.fr/musiqueauchambertin_programme.htm

 

 

 

Melusine sera au JazzNight de Koblenz le 31 Juillet 2015!!!


 

Le Quintet Melusine en Bourgogne au mois de Novembre 2015


La presse en Parle

Festival de Jazz à Saint Germain des Près (Melusine):

 

Le jury du Tremplin Jeunes Talents 2014 ne s’est pas trompé, Christophe Girard & Mélusine véhicule une énergie plus que communicative. Pour ce quintet, l’accordéoniste, compositeur et improvisateur Christophe Girard a réuni ses complices de longue date, parmi les plus talentueux de la jeune scène jazz française. Ses compositions sont audacieuses et permettent une palette sonore et narrative riche, allant du frémissement à l’orage le plus électrique. Inscrite dans son époque et reflétant le souhait de l’accordéoniste d’écrire pour les personnalités qui l’entourent en faisant appel à ce qu’elles ont de singulier, la musique donne à entendre des échos de pop, de rock et de musique répétitive. Le festival est fier chaque année de découvrir et vous présenter les talents de demain, repérés lors de son Tremplin Jeunes Talents


 

Info Chalon (Melusine)

Ce n’est ni le groupe folk des années 70, ni la créature fantastique mi- femme mi serpent, qui s’est produit vendredi soir à L’Arrosoir mais le talentueux quintet jazz qui n’a pas peur des multiples…

Ce quintet jazz formé autour de Christophe Girard (accordéon – composition) se compose d’Anthony Caillet (euphonium), de William Rollin (guitare électrique), de Simon Tailleu (contrebasse) et de Stan Delannoy (batterie, percussions, qui s’improvise aussi Chef d’orchestre). Ce sont un peu plus de 60 personnes qui s’étaient données rendez-vous à l’Arrosoir pour apprécier tout l’univers acoustique de ce groupe fait de jazz, de rock, de musique contemporaine, d’improvisation…

Un et multiple - Ils sont 5 et forment un orchestre où chaque instrument à sa place et vit ses moments "solo". L’écriture précise du leader qui « exploite toutes les tensions possible […] » aboutie « à une palette sonore et narrative riche », unique ! Une musique à l’effet très « visuel » puisqu’elle fait naître dans l’imaginaire du public que nous sommes la folle photographie cinématographique proche de Michel Gondry ou emprunte à l’univers de Jean-Pierre Jeunet. On a surtout aimé : le morceau ELEGIA, comme un orage en plein été, on s’y croirait !

Normal que ce quintet jazz ait remporté le Tremplin jeunes Talents du Festival à Saint-Germain-des-Prés, en mai dernier. Résultat vérifié : «  Avec eux, 1 fois 5, ça peut faire 1 et ça peut faire 20, dans une même soirée. »

 



« Les membres du trio Exultet nourrissent leur relations musicales d’idées fraiches, d’expériences individuelles et d’une énergie indomptable. Voilà : du rock avant-gardiste, du tango, du dark métal, du noise. C’est exactement comme le jazz d’aujourd’hui doit être : ouvert, libre, mondialisé, frais, courageux et divertissant. Non pas un cirque mis en musique mais de la créativité sans aucune date de péremption. Exultet scintille, vrombit et éclate. La preuve tempérée de sueur de la vérité première du jazz : In trio veritas » Reinhard Köchl, Jazzthing/Jazzthetik

Jazz Magazine – IRMA
« Voilà un trio composé de musiciens de formation classique bien décidés à bousculer les frontières et s’ouvrir vers des horizons de sons toujours recommencés […] Avec une belle énergie communicative, ils aiment et savent s’étonner, se surprendre, bref improviser : jouer au-delà de ce qu’ils ne savent pas encore et apprendre dans l’instant ce que leurs doigts leur font ensemble découvrir. Cela pourrait être une bonne définition du jazz !!! » Pascal Anquetil


jazzmagazine

 «Il n’y avait pas beaucoup de groupes français à Ystad, et guère de duos non plus, d’où l’intérêt de venir écouter, au musée d’art de la ville, Smoking Mouse — que personnellement je ne connaissais pas du tout. Un duo réunissant un accordéoniste (Christophe Girard) et un souffleur pratiquant à la fois la trompette, le bugle et l’euphonium (Anthony Caillet), voilà qui n’est pas courant.

Et, en l’occurrence, nous avons affaire non seulement à des instrumentistes de haut niveau mais aussi à des musiciens inspirés, lyriques, capables de swinguer de façon intense comme de donner corps à des mélodies originales d’inspiration souvent folkloriques, parfois jazz. Une musique en partie écrite, où les lignes des deux instruments s’entrecroisent avec un art consommé du contrepoint, et où l’improvisation a également toute sa place. Une musique où, par ailleurs, l’alliance inhabituelle des timbres produit un son de groupe inouï et au charme évident. Entend-on fréquemment ce duo dans les salles et festivals français ? C’est à vérifier. En tout cas c’est tout à l’honneur du festival d’Ystad d’avoir déniché ces deux enchanteurs et de les avoir fait découvrir à un public ravi.»

Thierry Quénum, Jazzman/ Jazz Magazine, Août 2014


«Cette journée a été possédée par un duo français minimaliste et par le groupe d'Enrico Rava qui ont joué avec une telle force qu'ils ont entraîné un un orage sur Österlen.

J'ai beaucoup apprécié le caractère intime que peuvent créer ensemble un accordéon et un cuivre, au-delà de leurs sons respectifs. Le compositeur Christophe Girard est à l'origine du répertoire qu'il interprète avec Anthony Caillet, qui joue de la trompette, bugle et euphonium. L'ambiance sonore qu'ils créent est comme une substance organique rêveuse, où l'on peut entendre de la musique de chambre, de la musique de jeux vidéos Nintendo, des vibrations à la Eric Malmberg et bien plus encore. Durant le concert, ils ont joué à un volume réduit des enchevêtrements de sons ambiants, que les auditeurs ont suivi avec attention.»

Sanjin Đumišić, alltformusik.se, Août 2014


« Christophe Girard, Anthony Caillet, à peine 60 ans à eux deux, des jeunes comme on dit […] magnifiques mélodies, incroyables instrumentistes, des compositions empruntes de poésie, d'harmonies, un sens de l'improvisation hors du commun, une cohésion fantastique [...] Anthony Caillet et Christophe Girard sont des musiciens, des vrais, des beaux, des grands, de ceux qui font tourner le monde dans le bon sens. »

Franck Tortiller 


Ce fut un régal, au terme d'une journée de forums bien remplie et toujours consacrée à l'insertion des jeunes musiciens de jazz, d'assister aux concerts du soir au théâtre Piccolo et de voir comment les musiciens invités pour le forum, qui n'ont pas souvent l'occasion d'assister aux prestations de leurs collègues, ont su accueillir ces performances et se réjouir d'y avoir pris plaisir. Ce fut le cas pour Exultet, en première partie de soirée, mais aussi du trio de Jean-Paul Celea autour de la musique d'Ornette Coleman.

 

Exultet : William Rollin (g), Christophe Girard (acc), Stanislas Delannoy (dm)

 

Jean-Paul Celea, Yes Ornette ! : Jean-Paul Celea (b), Emile Parisien (ss), Wolfgang Reisinger (dm)

 

Lauréat du tremplin Jazz de la Défense en 2009 (2° prix de formation, 2° prix de composition pour Christophe Girard, 2° prix d'interprète pour Stanislas Delannoy), Exultet n'a pas usurpé ces récompenses. Leur concert d'hier soir, essentiellement consacré à leur tout nouveau répertoire (futur CD à venir, on trouve encore le premier sous la référence Double Moon DMCHR 71094, et sous le titre "Kern") a encore montré que cette formation à l'instrumentation originale avait les dimensions d'un groupe cohérent, formé à la scène, et savait proposer une musique élaborée, savante mais accessible en même temps, aux contours séduisants et au contenu émotionnellement très sensible. Longues plages d'attente, moments d'exposition, déploiement de belles mélodies, surgissement de cavalcades ou temps de suspens suivis de résolutions apaisées se succèdent en une longue et belle suite. Il se confirme que l'accordéon prend en France une place de plus en plus affirmée, assez loin de son caractère musette premier, sans pour autant renoncer à être un instrument populaire. Pour preuve Christophe Girard, qui vient dans une suite (à compléter) formée au premier chef par Pascal Contet et Vincent Peirani.

Philippe Méziat